Beaucoup de bruit pour rien

 In Non classé

Plusieurs membres de l’International Food & Beverage Alliance (IFBA)*, dont Coca-Cola, Ferrero, General Mills, Kellogg’s, Mars, Mondelez International, Nestlé, PepsiCo et Unilever, ont annoncé qu’ils allaient réduire les taux d’acides gras trans d’origine technologique dans leurs produits au niveau mondial. Ces matières grasses sont associées à une augmentation du risque cardio-vasculaire. L’objectif d’ici fin 2018 est d’atteindre des niveaux inférieurs à 1g pour 100g de produits finis. Pour cela, les recettes seront reformulées avec une substitution des huiles partiellement hydrogénées par des matières grasses riches en acides gras mono ou poly-insaturés.

Comme le fait remarquer Amélie Dereuder, journaliste de Processalimentaire.com, l’information peut réjouir aux États-Unis mais en Europe, l’annonce n’a rien de révolutionnaire. En France, les valeurs moyennes d’acides gras trans dans les produits étaient déjà inférieures à 0,3 % en 2008. A l’époque, 96% des références collectées avaient des teneurs en acides gras trans inférieures à 1 %. En effet, suite aux demandes consommateurs, les industriels avaient déjà reformulé leur produit en trouvant des substituts aux huiles partiellement hydrogénées.

Belle opération de com’ pour les grands groupes américains, sans plus…

Recent Posts

Leave a Comment

Commencez à taper et appuyez puis appuyez sur Entrée pour lancer la recherche